Marie-Thérèse Thouilleux, ancienne enseignante de français de Claude Bartolone au collège, témoignait hier dans le Parisien du rôle qu’elle a joué dans la carrière du nouveau président de l’Assemblée nationale.

Marie-Thérèse Thouilleux a rencontré Claude Bartolone, âgé à l’époque de 14 ans, en 1965. Lorsqu’il est arrivé dans sa classe de 3e, le niveau du jeune homme, venu quelques années auparavant de Tunisie, était moyen. « Je ne sais pas pourquoi, mais il s’est mis à travailler avec moi, explique-t-elle au Parisien. Mes collègues n’en revenaient pas. Comme beaucoup d’élèves avaient du retard, je donnais un cours supplémentaire le lundi matin à une dizaine de volontaires dont il faisait partie ».

L’enseignante raconte aussi la fierté du jeune Claude Bartolone lorsqu’il rafle le 3e prix national au concours de la jeunesse européenne. C’est pourquoi, lorsqu’il a déposé un dossier d’orientation pour un CAP de mécanicien, elle l’a encouragé à aller plutôt au lycée, « étant donné ses résultats ». Elle a même reçu les parents du jeune homme. Son insistance a été payante puisque Claude Bartolone a finalement postulé pour le lycée Turgot à Paris, où il a poursuivi ses études.

Mais Claude Bartolone a lui aussi déclenché une vocation chez son enseignante : celle de la politique. L’ancienne professeure est devenue conseillère municipale PS en 1995. « Si je ne l’avais pas rencontré, je n’aurais jamais fait de politique », conclut-elle.