L’APLV déplore la fermeture de Capes de langues en forte demande

Laure Peskine, secrétaire générale de l'Association des professeurs de langues vivantes, dénonce la fermeture du Capes pour certaines langues, alors qu'une récente étude Eurobaromètre met en évidence l'attrait qu'elles ont pour les parents français.

La Commission européenne a publié la semaine dernière une enquête eurobaromètre spéciale sur les compétences des Européens en langues étrangères. Cette nouvelle enquête montre bien la contradiction entre les aspirations des Français, et en particulier des parents pour leurs enfants, et la décision de supprimer certains concours de recrutement de professeurs de langues.

Si on regarde les données pour la France, on voit qu’espagnol et chinois sont à égalité pour les langues jugées utiles par les Français pour l’avenir de leurs enfants. En première position : l’anglais, sans surprise, et en deuxième ex-aequo : l’espagnol et le chinois, avec 28% d’opinions favorables. On comprend donc mal pourquoi les postes de professeurs titulaires en chinois n’augmentent pas.

Les langues MODIME sacrifiées

L’APLV est préoccupée par la disparition de certaines sections de langues vivantes aux concours de recrutement car cela représente, à terme, une diminution de l’offre proposée dans les établissements. L’arrêt, pour des raisons financières, du recrutement dans beaucoup de langues MODIME (MOins DIffusées et Moins Enseignées), ne pourra que limiter encore la diffusion dans l’enseignement secondaire de ces dernières, déjà sérieusement restreintes au fil des ans.

Une telle mesure est particulièrement dommageable dans une période où c’est une nécessité pour la France d’améliorer son commerce extérieur et pour ses entreprises d’intensifier leurs échanges internationaux, ce qui ne peut se faire qu’en ayant des cadres et travailleurs maîtrisant une grande variété de langues.


Laure Peskine, secrétaire générale de l’Association des professeurs de langues vivantes (APLV).

A lire sur le site de l’APLV

Les réactions de l’APLV suite à l’annonce de la fermeture des CAPES de chinois, d’italien et de portugais pour l’année 2013.

A lire sur VousNousIls

Les adolescents européens nuls en langues étrangères : analyse de l’étude eurobaromètre sur les compétences en langues (25 juin 2012).

Le chinois, un atout pour l’avenir : compte-rendu d’un colloque organisé au lycée Louis le Grand en janvier 2012.

1 commentaire sur "L’APLV déplore la fermeture de Capes de langues en forte demande"

  1. Krokodilo  6 décembre 2012 à 16 h 03 min

    L’APLV n’a toujours pas compris qu’en approuvant l’apprentissage précoce « des » langues au primaire, les profs s’étaient tirés une balle dans le pied. Etant donné qu’il ne s’agit que de l’anglais (pas de choix organisé, allemand ou régional ici ou là), imposé officieusement donc, l’effet boule de neige n’a pas tardé : les futurs instits (PDE) valident très majoritairement l’anglais, en 6e souvent il n’y a plus de choix, les humanités sont retournées dans leur tombe de langues mortes, et les autres langues se contenteront de cet acronyme barbare que je n’avais encore jamais vu, les MODIME.
    La solution est pourtant simple et à coût constant : au CM2 initiation linguistique non spécialisée dans une langue, puis au secondaire libre choix de deux langues à valider, parmi toutes y compris latin-grec, grâce aux TICE, à la souplesse et la complémentarité. Mais voilà, c’est contraire aux pressions de l’UE en faveur de l’anglais précoce, heu… de l’apprentissage précoce !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.