Le rapport de la mission d’information du Sénat sur le métier enseignant, publié hier, préconise le rétablissement de l’année de stage dans le dispositif de formation des enseignants.

Pour la rapporteure, la sénatrice CRC Brigitte Gonthier-Maurin, « l’intégralité du dis­po­si­tif doit être remise sur la table ». En effet, estime-t-elle, « le métier d’enseignant, métier de concep­teur et non d’exécutant, s’apprend d’abord afin de s’adresser aux enfants qui n’ont que l’école pour apprendre ». Depuis la mise en place de la masterisation, les enseignants débutants sont affectés directement devant les élèves sans expérience préalable avec une classe.

« Pour l’instant, seul le rejet de la poli­tique actuelle fait consen­sus », mais « aucun schéma d’organisation ne pro­voque encore l’adhésion géné­rale », a affirmé Brigitte Gonthier-Maurin dans le rapport. Ce dernier propose de rétablir « une véri­table année de stage avant la titu­la­ri­sa­tion », qui intégrerait un temps de présence devant une classe.

Dans un entretien à AEF, Brigitte Gonthier-Maurin a également indiqué que la mission avait évoqué la mise en place de structure s’apparentant à des IUFM, mais  « rénovés », car « l’idée n’est pas non plus de reve­nir à la situa­tion précédente », a-t-elle affirmé.