Le ministère de l’Education nationale a révélé ce matin la répartition des 1000 postes supplémentaires créés dans l’enseignement primaire à la rentrée 2012, sur la base des critères cités par le ministre Vincent Peillon :
– « le niveau d’encadrement » et la « variation attendue des effectifs d’élèves » dans l’académie
– « la difficulté sociale et scolaire » de l’académie
– « la ruralité » de l’académie, avec une priorité donnée aux « territoires ruraux mis en difficulté par la fermeture de classes ».

Les académies de Versailles et Créteil sont les mieux dotées, avec respectivement 100 et 80 postes attribués. Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lyon et Rennes sont également bien pourvues et reçoivent chacune 65 postes. Les académies de Corse, Martinique et Guadeloupe n’obtiennent en revanche que 5 postes chacune. En France métropolitaine, les académies les moins bien dotées sont Besançon, Limoges et Nancy-Metz, avec 10 postes supplémentaires attribués.

Cette répartition a pour objectif de « corriger les injustices des suppressions de postes » effectuées par le précédent gouvernement, selon le ministre de l’Education nationale.