Des sujets de littérature ont été distribués lundi matin à une centaine de candidats au bac littéraire à Valenciennes, alors qu’ils ne devaient passer l’épreuve que l’après-midi. L’erreur a été rapidement repérée et les sujets immédiatement récupérés, selon le ministère de l’Education nationale.

Pour éviter tout risque de fuite, le directeur général de l’Enseignement scolaire a retenu les élèves dans le lycée entre 12h et 14h, heure de début de l’épreuve de littérature. L’utilisation de leur téléphone portable leur a été strictement interdite durant ce laps de temps.

Le ministère n’a cependant pas jugé nécessaire de faire appel aux sujets de secours, soulignant que l’égalité de traitement des candidats avait été respectée. Un tel recours aurait signifié le déclenchement des sujets de secours au niveau national. 

 « Ils ont vu à peine le sujet, ils n’ont pas eu le temps de ren­trer dedans et d’anticiper, trop pré­oc­cu­pés par le sujet de philo qui leur pre­nait toute la mati­née » s’est justifié le rectorat, évoquant un « grain de sable » dans « cette énorme machine qu’est le baccalauréat ».