C’est le grand jour pour les 703.059 candidats au bac 2012 ! Les épreuves débutent avec la philosophie pour les filières générale (dès 8h) et technologique (14h), et le français et l’histoire-géographie pour le baccalauréat professionnel.

Près de la moitié des candidats passent le bac général, près d’un tiers le bac pro, et environ un sur cinq le bac technologique. Le nombre de candidats toutes filières enregistre une hausse de 6,91% en un an, et de 27,67% pour la seule filière professionnelle, suite à la réforme Darcos de 2009 qui a généralisé le bac pro en 3 ans (au lieu de 4 précédemment).

Le plus jeune candidat a 12 ans et un mois, et il passe l’examen dans l’Académie de Montpellier. Le doyen, qui se trouve en Dordogne, a 87 ans.

L’an dernier, parmi les sujets tombés pour l’épreuve de philo, on trouvait notamment « L’homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ? » (série L), « La culture dénature-t-elle l’homme ? » (S) ou encore « L’art est-il moins nécessaire que la science ? » (ES).

Lutte renforcée contre la fraude

La sécurité a été renforcée pour cette session 2012, pour éviter que ne se reproduisent les évènements de l’an passé (fuite d’un sujet de mathématiques au bac scientifique, en particulier). Une circulaire du 3 avril précise que les « les téléphones portables, « smar­phone », tablettes tactiles (…) doivent être impérativement éteints et rangés dans le sac du candidat ou remis aux surveillants de salle ». Plusieurs salles d’examen seront en outre équipées de détecteurs de portables.

Pour le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon, on parle « davantage » aujourd’hui des problèmes de fraude « parce qu’il y a eu des incidents particuliers l’année dernière, mais en réalité, il y a toujours quelques petits incidents » et cela reste « marginal », a-t-il commenté vendredi lors d’une visite à la Maison des examens à Arcueil.

Les fraudeurs risquent jusqu’à cinq ans d’interdiction de passage d’examen (dont le permis) et cinq ans d’interdiction d’inscription à toute formation publique.