10 000 francs : selon Claude Lelièvre, historien de l’éducation cité par Le Monde, une loi de 1901 prévoyait jusqu’à 10 000 francs-or d’amende et trois ans de prison pour « ceux qui favorisaient la triche » au baccalauréat.