Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a annoncé vendredi 8 juin sur BFMTV la création de 500 postes de « médiateurs », qui seront déployés dans les établissements cet hiver. Ce nouveau métier de médiateur « qui en même temps assure l’ordre » avait été annoncé par François Hollande pendant sa campagne.

« Pour qu’ils soient sur le terrain il faudra un peu de temps, parce qu’il faut les recruter mais aussi bien les former », a expliqué le ministre. C’est pourquoi ces personnels de sécurité, chargés de la lutte contre la violence scolaire, seront affectés dans les écoles « à la Toussaint ou à Noël ».

Dans les établissements « les plus difficiles », ils seront « sur place en permanence ». « Il y a des établissements dans notre pays, très particuliers, qui ont plus de quatre incidents graves par an. Nous ne pouvons pas admettre que des professeurs et des élèves soient en insécurité dans nos établissements », a affirmé Vincent Peillon, soulignant que ce nouveau métier était « une réclamation des chefs d’établissement depuis quelques années ».

Ces « personnels spécialisés » ne remplaceront « pas pour autant les équipes mobiles de sécurité, que le gouvernement précédent avait mises en place, et qu’on ne démantèlera pas ». Pour Vincent Peillon, ces équipes mobiles de sécurité « ont leur fonction » et « font un travail utile », mais « qui est plus de prévention, parce que par définition elles sont mobiles, et les délinquants font attention à faire leurs actes délictueux quand ces équipes ne sont pas là ».