En visite jeudi dans la petite école des trois Cahiers de Dieudonné (Oise), François Hollande a réaffirmé son engagement de recruter 1.000 enseignants pour le primaire à la rentrée, avec une priorité pour les écoles rurales.

« Sanctuariser les moyens de l’école »

A trois jours des législatives, le président de la République a promis de « préserver », et même de « sanctuariser, les moyens donnés à l’école ».

Déplorant les 14.000 suppressions de postes orchestrées par la droite pour la rentrée 2012, François Hollande a reconnu que « ce n’est pas en quelques mois, alors que nous ne pouvons pas organiser de concours, que nous allons trouver les enseignants qui manquent ». Il a toutefois promis « 1.000 postes » pour le primaire, des postes d’enseignants réservés aux écoles publiques.

« Président des bisous »

Cette mesure a pour objet d’éviter « les situations les plus délicates » à la rentrée, comme à l’école des trois Cahiers, qui allait « perdre un poste, donc une classe », entraînant un alourdissement des effectifs. Ce poste sera rétabli. « Les écoles rurales devront être préservées autant qu’il sera possible s’il y a les effectifs suffisants », a déclaré le président socialiste, se posant en garant d’une « égalité des territoires ».

Le président a par ailleurs eu droit à un défilé d’enfants souhaitant l’embrasser. Quand une petite fille lui a fait remarquer qu’« il a plein de bisous », François Hollande a répondu : « J’ai plein de bisous hein, moi, je suis le président des bisous ! ». Avant de commenter à l’attention de l’assistance : « si on me fait autant de bisous durant le quinquennat, ça ira… C’est pas sûr ».