Expo « Babel » à Lille : les artistes contemporains s’emparent du mythe

Aujourd’hui s’ouvre l’exposition "Babel" au Palais des Beaux-arts de Lille (jusqu'au 14 janvier 2013). 85 œuvres contemporaines d’artistes du monde entier, de format souvent monumental, sont présentées – photos, dessins, sculptures, animations, bande dessinée… Le musée propose également toute une documentation pédagogique à ce sujet. Visite guidée d'une captivante expo.

Jakob Gautel, La Tour (Tour de Babel), 2006-2012 Collection de l'artiste © Jakob Gautel / DR

Jakob Gautel, La Tour (Tour de Babel), 2006-2012 Collection de l'artiste © Jakob Gautel / DR

L’exposition « Babel » est la première du genre. Elle porte sur le célèbre mythe biblique vu par des artistes de renom contemporains. Pour Alain Tapié, directeur du Palais des Beaux-arts de Lille, Babel symbolise le fait de vouloir se faire un nom par rapport à la parole divine. C’est un rapport entre transcendance humaine et divine qui transite par l’image. Il indique aussi que Babel, si l’on se réfère à l’étymologie, c’est la tour, mais également la ville, et plus largement le paysage : chez les peintres flamands du 16e siècle, qui feront l’objet d’une exposition au Palais des Beaux-arts dès octobre prochain, en résonnance avec celle-ci, les représentations de Babel sont en effet des paysages-monde.

« Le tragique de Babel est moderne »

La tour et la ville : les deux sont indissociables. Babel était Babylone dans l’Antiquité, puis ce fut Rome, ou encore Paris au 19e siècle. Aujourd’hui, ce sont les gratte-ciel de plus en plus démesurés que l’homme construit.

Comme on peut le lire sur le dossier pédagogique de l’exposition, « le nom de Babel ou Babylone désigne la ville comme la tour qui ont existé trois mille ans av. J.C. Le mot Babel vient de l’akkadien ‘Bal-ili’ signifiant porte de Dieu et de l’hébreu ‘Bâlal’ signifiant confondre. Cette double étymologie rend compte de l’ambivalence de cette cité comme de sa tour légendaire, à la fois merveille et malédiction. »

Régis Cotentin, commissaire de l’exposition, insiste sur cet aspect : la tour est à la fois un exploit, une démonstration du génie humain, mais aussi un signe de démesure et de vanité.

Dans l’exposition, explique-t-il, on perçoit à quel point le tragique de Babel est moderne. Le mythe de Babel se termine en effet par la dispersion des hommes sur terre et la confusion des langues. Or les artistes contemporains s’inspirent de la destruction de Babel pour alerter sur la vanité humaine.

Des tours surgies de nulle part

L’image familière de la Défense, aux alentours de Paris, est ainsi incarnée par le photographe Stéphane Couturier, dans une œuvre ici présentée, issue de la série Melting Point, intitulée « Tour Granite, La Défense ». On y voit le chantier d’une immense tour au milieu du quartier d’affaires…

L’exposition montre aussi les très inquiétantes constructions surgies de nulle part au milieu du désert de Claude Génisson ou Florian Joye.

Ce sont des visions à proprement parler apocalyptiques qu’incarnent les œuvres de Yang Yongliang, dans sa série « Heavenly City », où les tours en fumées évoquent une attaque nucléaire ou les attentats du 11 septembre. Ses œuvres animées sont tout aussi remarquables et angoissantes.

« The snow » de l’artiste Zhenjun Du évoque également un cataclysme au sein d’un paysage surpeuplé et brumeux.

Proche des œuvres des anciens, « The Tower of babel after Pieter Bruegel » de Vik Muniz, en référence à la célèbre peinture classique de Brueghel l’Ancien, montre une sorte d’explosion de la tour sous forme de puzzle.

Pour travailler en classe

Un cahier pédagogique très complet, réalisé par les enseignants détachés du musée, est disponible, en ligne ou au format papier. Il comprend des pistes de travail sur l’ensemble des œuvres présentées, pour tous les niveaux de classe du 1er et 2nd degré, et sur plusieurs disciplines.

Des formations courtes gratuites  « Histoire des arts », en relation avec les expositions, sur trois mercredi après-midi de suite, sont également proposées aux professeurs.

Enfin, des ateliers pédagogiques sur l’exposition, d’une durée de deux heures, sont proposés sur les thèmes suivants : « Elevons une ville ! »,  « La tour multicolore », « Reconstruisons la Tour de Babel ! » …

Les toiles grand format d’Anselm Kiefer de la série « The Fertile Crescent », le croisssant fertile, berceau des civilisations mythiques et bibliques, reviennent elles aux sources de la légende, évoquant la construction des fondations de la Tour de Babel, au travers d’une œuvre dense en matière, d’où se dégagent fortement les briques.

La Tour des livres

La Tour de Babel, c’est enfin le livre, la connaissance infinie, mais parfois le mal absolu.
La Tour de Babel de Jakob Gautel est ainsi une tour de 15 000 livres, disposés en spirale, de toutes sortes, classés par thématiques, et en toutes les langues. D’une hauteur de plus de 4 mètres, d’un poids de 5 tonnes, cette impressionnante tour est hautement symbolique. Comme l’indique l’artiste lui-même à VousNousIls, elle représente la construction, infinie -Jakob Gautel continue encore aujourd’hui à y ajouter des livres- et le livre, l’ambivalence du livre. Sa Tour comprend en effet des livres qui sont aussi bien de grandes œuvres littéraires symboles de beauté et de liberté, que des actes de résistance, tels ces deux livres chinois interdits dans leur pays. Ou que d’atroces textes de propagande, comme ces livres datant de l’époque nazie, que Jakob Gautel a placés dans la partie de sa Tour consacrée à la barbarie et au totalitarisme.

L’exposition est absolument fascinante et hautement questionnante. Elle formalise l’humain dans ce qu’il a de meilleur et dans ce qu’il a de pire. Si les capacités de progrès et de connaissance sont infinies, les capacités de destruction le sont tout autant. « Babel » est une exposition esthétique, philosophique et éthique.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.