La nouvelle circulaire sur le changement de statut des diplômés étrangers souhaitant travailler en France, publiée mardi, est « grosso modo » identique « sur le fond » à la circulaire Guéant selon Serge Slama, maître de conférences à l’université d’Evry. « La tonalité change assez radicalement, mais sur le fond, juridiquement […]ça ne peut pas être différent, car les textes légaux et réglementaires [sur le droit des étrangers] sont les mêmes. […]Manuel Valls a demandé de faire preuve de bienveillance, de fluidifier le jeu mais pas de changer les règles du jeu. Ce n’est pas son rôle », a-t-il estimé.

La circulaire de remplacement demande notamment aux préfets de « fournir à l’étudiant l’ensemble des informations nécessaires au traitement de son dossier dès le premier contact », de « maintenir une durée d’examen des demandes inférieure à deux mois » et de « réexaminer prioritairement les dossiers déposés depuis le 1er juin 2011 ». « Aucune obligation de quitter le territoire notifiée à ce titre après le 1er juin 2011 ne sera exécutée pendant le réexamen », précise-t-elle. Elle invite également les préfets à « porter une attention particulière à l’instruction des demandes d’autorisation de travail concernant des procédures de changement de statut destinées à permettre à des étudiants étrangers non communautaires de s’engager dans une première expérience professionnelle ».