Etudiants étrangers : l’abrogation de la circulaire Guéant n’est « qu’un début »

Le Collectif du 31 mai rassemblant des étudiants étrangers luttant pour le retrait de la circulaire Guéant a estimé que son abrogation était "un signal très positif", mais ne représentait "qu'un début".

Pour le Collectif du 31 mai regroupant des étudiants étrangers militant contre la circulaire Guéant, si l’abrogation de celle-ci représente « un signal très positif », elle n’est « qu’un début ».

« Cela pose notamment la question immédiate des cas litigieux et en souffrance » des diplômés étrangers victimes de la circulaire Guéant, a déclaré Camélia, porte-parole du Collectif, lors d’une conférence de presse hier. 

Les membres du Collectif du 31 mai ont été reçus mercredi avec les orga­ni­sa­tions étudiantes, la CGE et la CPU au ministère de l’Intérieur pour faire part de leurs propositions concernant l’élaboration d’une circulaire de remplacement. La nouvelle circulaire doit instaurer « une véri­table sécu­ri­sa­tion du par­cours de l’étudiant et du diplômé étran­gers en France », a notamment estimé Pierre Aliphat, délégué général de la CGE.

La circulaire Guéant du 31 mai restreignant les possibilités pour les étudiants étrangers diplômés en France d’y être employés a été retirée hier. L’abrogation a été retardée du fait de la finalisation par les trois ministères concernés (Travail, Intérieur et Enseignement supérieur) d’un texte de remplacement. « Cela peut être une bonne chose, cela veut dire qu’ils nous ont écou­tés et vont prendre en compte nos argu­ments. A la rigueur, on pré­fère qu’ils prennent le temps pour rédi­ger le texte de rem­pla­ce­ment dont le ton sera très impor­tant pour l’avenir », a déclaré Camélia.

Le nouveau texte, élaboré conjointement par les trois ministres, « établit des règles pré­cises et trans­pa­rentes dans le cadre du code de l’entrée et du séjour des étran­gers et du droit d’asile et du code du travail ». Elle assurera en particulier « l’égalité de trai­te­ment sur le ter­ri­toire », facilitera « les démarches des étudiants » et fixera le délai maximum d’instruction des dossiers de changement de statut à « deux mois », précise un communiqué interministériel paru hier.

La circulaire Guéant sur l’immigration professionnelle, très contestée par les communautés éducatives, étudiantes et culturelles, avait déjà été corrigée en début d’année par une circulaire complémentaire spécifique aux étudiants étrangers, qui n’avait toutefois pas convaincu.

Source(s) :
  • avec AFP

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.