« Dans la journée de travail actuelle des élèves [de primaire], il y a une ou deux heures stériles, où ils n’apprennent plus parce qu’ils sont saturés ».

Antoine Prost, historien de l’éducation, dans Le Monde, 30/05/2012