Sélectionner une page

Concours enseignants : le Snes « obstacle à l’évolution des contenus » selon Jean-Pierre Obin

Pour Jean-Pierre Obin, Igen honoraire, « le principal obstacle à l’évolution des contenus du concours [enseignants], c’est le Snes ».

Concours enseignants : le Snes « obstacle à l’évolution des contenus » selon Jean-Pierre Obin

Jean-Pierre Obin, Igen honoraire devenu membre de l’équipe d’Arnaud Montebourg durant la primaire PS, a estimé que le Snes était « le principal obstacle à l’évolution des contenus du concours », lors d’un débat sur le métier enseignant organisé par l’Ajé (association des journalistes éducation) vendredi.

Le Snes, syndicat des enseignants du second degré, fait « de la qualification universitaire l’alpha et l’oméga de [son] identité », a estimé Jean-Pierre Obin. Il « a été le complice de la droite sur la masterisation » car il y « a vu deux ans de qualification supplémentaire et une revalorisation de la carrière ». Or, selon lui, « l’université est capable de former des médecins, des scientifiques, des juristes mais pas des enseignants ».

Jean-Pierre Obin a réclamé « un concours réformé pour faire que les enseignants soient formés devant de vrais élèves ». Pour cela, il a proposé d’organiser « l’écrit en fin de M1 et l’oral un an plus tard en fin de M2 », pour que la titularisation ait lieu « après l’année de stage ». En effet, « les membres du jury, dont l’inspecteur, travaillent sur dossier uniquement, sans avoir vu le stagiaire dans sa classe », a déploré Jean-Pierre Obin.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...