Quelques lycées agricoles, comme celui de Pamiers dans l’Ariège, proposent une option « pêche » au baccalauréat. Une soixantaine d’heures par an sont consacrées aux cours théoriques, durant lesquelles un animateur spécialisé apprend aux candidats à manier le moulinet, reconnaître les spécificités des espèces aquatiques, maîtriser les différentes techniques de pêche et connaître le milieu marin.

La note n’est pas calculée en fonction du nombre de poissons attrapés : « Ce n’est pas du tout porté sur la réussite en prise de poissons, (…) c’est davantage la gestuelle, la technique et la connaissance du milieu » qui sont évaluées, explique un professeur.

Ces connaissances sont sanctionnées par une épreuve pratique durant laquelle le candidat est invité à faire la démonstration d’une technique de pêche spécifique, puis par une épreuve finale écrite. Les points au-dessus de la moyenne obtenus sont ajoutés au total des points obtenus par le candidat.

Cette option bien réelle a parfois été moquée par certains médias, qui l’ont qualifiée de « poisson d’avril ». L’option « jeux vidéo » au bac, qui fait rêver tous les cancres, est quant à elle un véritable poisson d’avril, publié en 2011 par le site jeuxvideo.com !