« La suspension des allocs fait un flop » titrait Le Parisien hier.  Le quotidien note en effet que depuis l’entrée en vigueur du dispositif de suspension des allocations familiales en cas d’absentéisme de tout mineur scolarisé, en janvier 2011, suite à la promulgation de la loi Ciotti, seules 472 familles ont été à ce jour concernées par la suspension.

« Des statistiques très faibles, donc, au regard des 11 millions d’élèves scolarisés, ou même des fameux 300 000 ‘décrocheurs' »explique ainsi le quotidien.

La CNAF s’était fermement opposée à cette mesure en 2011, rappelle encore le même article. Lors de la campagne présidentielle, François Hollande s’est engagé à abroger ce dispositif, déclarant le mercredi 29 février 2012 note l’AEF : « Ce n’est pas un bon mécanisme. Ce mécanisme n’a aucun effet, donc il sera supprimé parce que je préfère en mettre un autre ».

De son côté, l’ancien ministre du Travail Xavier Bertrand a contredit ces propos négatifs en affirmant hier sur France Inter que ce dispositif était très efficace, jugeant que c’est « parce qu’il y a ce risque de la suspension que les familles remettent leurs enfants à l’école« .

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a donc annoncé ce matin sur RTL, que le dispositif de suspension des allocations familiales allait faire l’objet d’un audit. Il a expliqué que ce dernier allait être « évalué », et « remplacé » si son « efficacité est faible ».