Lors d’une conférence de presse au CNRS à Paris hier, Geneviève Fioraso, la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, a affirmé que la première de ses mesures sera de supprimer la circulaire Guéant du 31 mai, qui durcit les conditions de changement de statut des étudiants étrangers diplômés en France et souhaitant y travailler. « C’est une urgence en termes humains, mais aussi en termes de rayon­ne­ment et de par­tage de la connais­sance », a estimé Geneviève Fioraso.

L’abrogation de ce texte polémique était une volonté de François Hollande, qui avait promis que la circulaire Guéant serait supprimée avant le 29 juin prochain. Le collectif du 31 mai, rassemblant des étudiants étrangers victimes de la circulaire Guéant, avait alors adressé un courrier au nouveau président de la République pour le féliciter. Il s’y était notamment réjoui de l’hommage rendu par François Hollande à Marie Curie, « un « sym­bole de la tra­di­tion d’accueil fran­çaise des talents étran­gers », lors de son investiture.

Nabil Sebti, porte-parole du Collectif du 31 mai, diplômé HEC ayant dû quitter la France, reviendra « dresser un bilan de l’année écoulée » pour les étudiants étrangers souhaitant travailler en France, le 31 mai prochain.