L’Express révèle ce lundi que la création de 60 000 postes d’enseignants, mesure phare de François Hollande pour l’éducation, est issue d’une improvisation totale. Selon l’hebdomadaire, la proposition a été formulée après une rencontre avec des parents d’élèves révoltés par les fermetures de classe.

En septembre 2011, lors d’une réunion avec des parents d’élèves de Soissons, durant laquelle les mères se plaignent de nouvelles fermetures de classe dans leurs écoles, François Hollande promet de « mettre des postes ». Juste après cette rencontre, François Hollande formule sa mesure-phare devant des militants venus l’écouter. Il promet de rétablir tous les postes d’enseignants supprimés sous le quinquennat Sarkozy.

Vincent Peillon, chargé des questions d’éducation, est « étonné et sceptique » lorsqu’il apprend la chose. « Mais il faut reconnaître que Hollande a eu du pif, admet-il. Avec cette proposition, on s’est enfin mis à parler d’éducation. »

D’après la députée Marisol Tourraine, avant la primaire, le fait que « les gens bâillent quand on développe nos mesures sur l’éducation », ce qui les rendait « inaudibles », agaçait profondément François Hollande.