Les « déchiffreurs de l’éducation » s’attaquent aux évaluations nationales

Le collectif des Déchiffreurs de l'éducation conteste la fiabilité des évaluations nationales en CE1 et CM2, dont les résultats sont mis en avant par le ministère dans sa circulaire de rentrée.

Le collectif des Déchiffreurs de l’éducation, qui cherche à fournir des statistiques fiables sur le système éducatif pour éviter toute manipulation des chiffres par le gouvernement, s’attaque dans un récent dossier aux évaluations nationales en CE1 et CM2.

Le collectif rappelle tout d’abord qu’il y a amalgame entre deux types d’évaluations : il s’agit d’évaluations réalisées en classe et corrigées par l’enseignant, qui devraient être utilisées pour mettre en évidence les difficultés des élèves et adapter l’enseignement en fonction de leur niveau, mais dont les résultats sont agrégés au niveau national pour « piloter le système éducatif ». Le Haut Conseil de l’Education (HCE) juge que ces évaluations ne peuvent pas être « fiables » en raison de cette erreur de méthode.

Le HCE relève également que certains enseignants laissent plus de temps à leurs élèves pour faire les exercices, et sont souvent incités à préparer leurs élèves à ces épreuves. La reprise de certaines questions en des termes quasi identiques d’une année sur l’autre facilite cet entraînement des élèves, ce qui remet en cause l’amélioration des résultats observée par le ministère.

Ces évaluations ont plusieurs conséquences « dangereuses ». Les enseignants, fortement encouragés par leur hiérarchie à préparer leurs élèves aux épreuves, pourraient privilégier l’enseignement des notions évaluées au détriment du reste des programmes et des matières : cette dérive est bien connue dans le système anglo-saxon. Ces évaluations placées en fin de cycle ne permettent par ailleurs pas à l’enseignant de rectifier le tir et d’adapter son enseignement aux difficultés ou aux points forts de la classe, contrairement aux « évaluations diagnostiques » à la rentrée de CE2 et 6ème, qui leur étaient proposées depuis 1989.

Enfin, ces évaluations critiquées de toute part, contestées par les syndicats d’enseignants et les enseignants eux-mêmes, contribuent à « dévaloriser » toutes les évaluations aux yeux des parents, des élèves, et des citoyens qui s’interrogent sur l’état du système éducatif.

Ces épreuves controversées devraient avoir lieu cette année dans la dernière semaine de mai. Le ministère propose de les étendre à la classe de 5ème et à la maternelle.

Source(s) :
  • lesdechiffreurs.com, lefigaro.fr, Eduscol, hce.education.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.