Skype

Marco Raaphorst/Flickr

Immobilisée chez elle pendant une quinzaine de jours après une opération, une enseignante suisse a pu continuer à dispenser ses cours grâce à Skype, un logiciel permettant de passer des appels vidéo gratuits à n’importe quel autre utilisateur via Internet.

Une demande des élèves

Ce sont les élèves eux-mêmes qui ont proposé à Sarabella Benamran, enseignante de latin à Versoix, d’utiliser Skype pour continuer à faire cours durant son absence. Une proposition farfelue qui a fini par la séduire. « Nous arrivions à un moment important du programme, les élèves devaient préparer des versions qui allaient être testées aux épreuves communes. Skype me donnait la possibilité d’assister à la présentation de leurs textes et d’éviter de perdre du temps à mon retour », explique Sarabella Benamran à la Tribune de Genève.

Le directeur de l’établissement a donné son accord après s’être assuré de l’absence de risque pour la santé de la professeure. « Quelqu’un de malade doit pouvoir être déchargé de son activité professionnelle. Dans ce cas-ci, l’enseignante était volontaire et nous avons demandé l’accord de son médecin » indique-t-il.

Un cours de latin 2.0

Pendant près de trois semaines, Sarabella Benamran a donc fait cours depuis chez elle, devant sa webcam et son ordinateur équipé de Skype. Dans sa classe, un ordinateur connecté à Internet recevait l’appel vidéo, qui était ensuite projeté sur le tableau blanc. Les élèves de Sarabella pouvaient interagir avec l’enseignante grâce à la webcam de la classe. Bien entendu, une remplaçante surveillait les élèves pour assurer le bon déroulement de l’expérimentation.

De retour dans sa classe, Sarabella tire un bilan positif de l’expérience. « J’ai pu interagir avec mes élèves, les corriger, jouer mon rôle en somme! Ils ont vraiment apprécié mais l’un a tout de même conclu que cela ne remplaçait pas un cours où j’étais présente » sourit-elle.