Philippe Maarek, professeur de communication politique à Paris 12, fait, dans un entretien accordé hier au site lejdd.fr, une analyse du comportement des candidats à la présidentielle, vis-à-vis des médias.

Il analyse ainsi le refus de François Hollande d’accorder un entretien au Figaro, qui s’inscrit dans un phénomène global : « de manière générale, je pense qu’il y a actuellement un énervement d’une partie de la classe politique vis-à-vis des médias » explique-t-il.

Pour le professeur, la raison en est simple : « les hommes politiques n’ont pratiquement plus un moment à eux pendant la campagne« . Ils sont usés par le bruit médiatique incessant – la moindre information créant immédiatement du buzz sur le net. Ils n’ont plus les espaces de respiration de leurs aînés, qui eux « demeuraient libres entre un meeting et une conférence de presse ».