« Aujourd’hui, nous rappelons notre position historique dans un contexte d’élection présidentielle et alors que la plupart des acteurs conviennent qu‘il faudra une réforme en profondeur de la formation des enseignants » a déclaré Chantal Demonque, secrétaire nationale du Sgen-CFDT en charge de la formation et du recrutement des enseignants, vendredi à l’AEF.

Le syndicat réaffirme, à la veille des présidentielles, sa volonté de réformer le dispositif de la masterisation, en proposant de placer le concours à l’issue de la licence. Les deux années de master devraient être réservées à apprendre le métier.

Chantal Demonque a également déclaré à l’AEF que l’on pouvait actuellement constater combien « le concours en début de M2 produisait des effets catastrophiques sur la formation professionnelle » des enseignants.