Il y a un an, le Sgen-CFDT listait « 10 mesures urgentes pour limiter la dégradation des conditions de la formation des enseignants » dans une lettre ouverte à Valérie Pécresse, alors ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le Syndicat général de l’Éducation nationale (Sgen-CFDT), troisième syndicat des enseignants et deuxième syndicat du secondaire, poursuit aujourd’hui cette démarche d’amélioration de la formation en revendiquant « une autre masterisation ».

Le Sgen-CFDT ne critique pas en soi la nouvelle exigence du niveau master pour passer les concours de recrutement, qui « va dans le sens de la revendication du « corps unique » portée depuis longtemps » par le syndicat. « Ce n’est pas le niveau master qui pose problème, mais son détournement au profit des économies budgétaires », explique-t-il dans un communiqué du 5 avril 2012.

Le syndicat demande une refonte de la masterisation, pour s’orienter vers « cinq années de formation à la fois universitaires et progressivement professionnalisantes ». Dès le début de la licence, celle-ci devra proposer « des modules de sensibilisation aux réalités du système scolaire et des stages d’observation ».

Le concours aurait lieu au niveau licence, et les deux années de master, professionnalisantes, consisteraient en une « alternance entre modules de formation académique et pédagogique à l’université, et entrée progressive dans l’exercice du métier » via des stages en responsabilité, dont l’évaluation serait prise en compte pour la validation du master. La formation théorique comporterait des modules « spécifiques aux disciplines, aux niveaux d’exercice, et au type de métier (enseignant/CPE) ». Elle se conclurait par la remise d’« un mémoire de recherche pour développer un rapport réflexif à la pratique du métier ».

Le Sgen-CFDT demande qu’un encadrement « concerté et cohérent de la formation » soit assuré par « des équipes pluricatégorielle ». Enfin, la mission territoriale des IUFM doit selon lui être réaffirmée, et « leur statut doit évoluer pour faciliter la coopération entre tous les acteurs concernés ».