Richard Descoings est mort mardi à New York

Richard Descoings, directeur de Sciences Po Paris depuis 1996, est décédé hier mardi 3 avril dans sa chambre d'hôtel à New York.

Richard Descoings, directeur de Sciences Po Paris depuis seize ans, est décédé mardi 3 avril à New York dans des circonstances encore non précisées. Richard Descoings était l’un des trois représentants de l’Europe au « Global Colloquium of University Presidents », réunion annuelle d’une trentaine de présidents d’universités d’élite, organisée cette année à l’université de Columbia sur l’île de Manhattan.

Richard Descoings est né en 1958 à Paris, de parents médecins. Il a effectué ses études secondaires aux prestigieux lycées parisiens Montaigne, Louis-le-Grand et Henri-IV. Il a étudié à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris de 1983 à 1985; après une carrière au Conseil d’Etat, il est devenu en 1989 directeur adjoint de l’IEP, puis directeur de l’institut à partir de 1996.

Il a porté de nombreuses réformes d’importance pour Sciences Po, comme l’allongement de la scolarité à cinq ans, la création de six campus en province, ou encore l’ouverture de l’institut à des élèves issus de lycées de ZEP dans le cadre de « conventions éducation prioritaire » (CEP) dès 2001. Au bout de dix ans, ce programme a démontré son efficacité : la « filière ZEP » a accueilli 860 étudiants issus de quartiers défavorisés, qui s’insèrent professionnellement aussi bien que les autres diplômés. Richard Descoings a par ailleurs remis en 2009 un rapport à Nicolas Sarkozy, afin de préparer la réforme du lycée.

Pour le ministre de l’Education nationale Luc Chatel, la France a perdu avec Richard Descoings « un esprit visionnaire » qui « a révolutionné notre enseignement supérieur ». Nicolas Sarkozy a rendu hommage à un « grand serviteur de l’Etat, qui aura consacré toute sa vie à la cause qu’il s’était cho­sie et dont rien ne l’avait détourné : l’éducation ». Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a appris avec « une très vive émotion » le décès de cet « infatigable acteur du rayonnement universitaire de notre pays dans le monde », qui « n’a eu de cesse de s’engager en faveur de l’égalité et de l’accès de tous au savoir ».

Le directeur de Sciences Po s’était retrouvé au coeur de la polémique en décembre dernier, quand le journal Mediapart a révélé qu’il touchait un salaire mensuel de 25.000 euros plus une prime annuelle évaluée à 175.000 euros. L’annonce le même mois de la suppression de l’emblématique épreuve de culture générale au concours d’entrée avait également suscité la controverse.

Source(s) :
  • AFP, europe1.fr, nouvelobs.com, lefigaro.fr, globalcolloquium.columbia.edu

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.