Grévistes : les taux annoncés par Chatel « manipulés à la baisse » selon Sud Education

Sud Education dénonce dans un communiqué les "opérations de communication" du ministère, consistant à annoncer avant une manifestation un taux de grévistes attendu volontairement revu à la baisse.

Selon un communiqué de Sud-Education, le ministre de l’Education nationale Luc Chatel annoncerait des taux de grévistes revus à la baisse avant une manifestation, dans le but de « démoraliser les personnels ». La fédération dénonce « des chiffres grossièrement manipulés » et détaille la méthode de calcul des taux de grévistes annoncés par le ministère.

Dans le 1er degré, le taux de grévistes attendu est estimé en fonction « du comptage de l’ensemble des déclarations individuelles reçues dans les inspections académiques au titre du service minimum d’accueil ». Selon Sud Education, le ministre prendrait « le nombre de déclarations individuelles d’intention de faire grève reçues dans les inspections académiques », puis diviserait celui-ci par le nombre total d’instituteurs/trices et de professeur(e)s des écoles ». Le problème, indique la fédération, c’est que « ni les directeurs déchargés ce jour-là, ni les RASED, ni les remplaçants, ni les formateurs déchargés de leur classe » ne sont tenus de remplir une déclaration individuelle d’intention de grève. De plus, déplore-t-elle, « les instituteurs/trices et professeur(e)s des écoles en arrêt maladie, en temps partiel n’ayant pas classe le jour de la grève, ou en congé » seraient comptés comme non-grévistes, d’où un taux annoncé « beaucoup plus bas que la réalité ».

Dans le second degré, les chiffres seraient également « truqués de longue date » selon Sud Education : la fédération explique que le ministère comptabiliserait les grévistes recensés à la première heure de la journée et les diviserait par le nombre total de professeurs dans l’établissement, « même s’il sait pertinemment que dans le 2nd degré la majorité des collègues n’a pas de cours à donner lors de cette première heure ».

La fédération appelle donc Luc Chatel à cesser cette « manipulation » et demande aux personnels de ne « pas se laisser abuser par ces tromperies ».

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.