Education : confrontation Peillon/Chatel sur l’avenir de l’école

Les Echos publient aujourd'hui un débat entre Vincent Peillon, conseiller éducation de Hollande, et Luc Chatel, ministre de l'Education de Sarkozy, sur les programmes des candidats pour l'éducation et l'avenir de l'école.

Vincent Peillon, conseiller éducation de François Hollande, et Luc Chatel, ministre de l’Education de Nicolas Sarkozy, s’affrontaient aujourd’hui dans un débat sur les projets présidentiels pour l’école, publié par Les Echos.

Ils se sont notamment opposés sur « la personnalisation des parcours » des élèves, prônée par l’UMP. Selon Vincent Peillon, cette mesure ne peut conduire « qu’à durcir cette « machine à trier » qu’est devenu notre système scolaire », alors que pour Luc Chatel, il s’agit de « refuser l’élitisme » et ne pas « rester enfermés dans l’égalitarisme, le conservatisme stérile » en restant sur « des schémas pensés dans les années 1950 ». Pointant alors du doigt la suppression de 1500 postes RASED, Peillon a dénoncé « la contradiction entre [les] propos et [les] actes » du ministre ». Le ministre a vivement contesté l’accusation. « En créant l’aide personnalisée, je fais avant tout confiance aux enseignants dans leur classe », s’est-il justifié.

Les deux hommes se sont également affrontés sur le thème de la rémunération des enseignants, particulièrement sur l’augmentation de 500 euros pour 8h de travail en plus promise par Sarkozy. Pour Vincent Peillon, avec cette proposition, le président-candidat a « blessé » les enseignants. « Ils font déjà 26 heures de présence dans l’établissement, avec les conseils de classe, les entretiens avec les parents et toutes sortes d’autres tâches », a-t-il dénoncé. « Le ministère de l’Education nationale évalue le travail effectif des professeurs du secondaire à 39 heures 54 par semaine » a poursuivi Peillon. Avec cette mesure « on leur demanderait alors 47 heures ou 48 heures hebdomadaires ! » Ce que n’a pas démenti Luc Chatel, qui en a déduit que la proposition était donc « juste et pertinente puisqu’elle est déjà effective dans de nombreux établissements ». « Alors augmentez-les sans rajouter d’autres heures de cours et d’autres obligations, ce sera plus clair et cohérent », a conclu Vincent Peillon.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.