Selon une enquête Opinion Way-Savoir Livre(1) publiée hier, 10 % des élèves de primaire ne possèdent pas de manuel de lecture et 40 % n’ont pas d’ouvrage pour l’histoire-géographie. Par ailleurs, moins de 20 % des manuels sont conformes aux programmes en vigueur pour plusieurs disciplines; seuls le français et les mathématiques dépassent les 50 % de manuels conformes à la réforme des programmes du premier degré de 2008.

C’est pourquoi 94 % des parents et 85 % des enseignants se disent favorables à la définition d’un « cartable essentiel » de livres au niveau national pour chaque élève de primaire, afin de garantir une mise en conformité plus rapide aux programmes, et de renforcer l’équité de traitement et l’égalité des chances entre les enfants.

Ce « cartable essentiel » serait idéalement composé de 4 à 6 livres, selon les niveaux. Il contiendrait un moins un manuel ou un fichier de mathématiques, un manuel de lecture, un dictionnaire et un livre de littérature jeunesse au cycle 2. Au cycle 3, il serait composé d’au moins un manuel de mathématiques, un manuel de français, un dictionnaire, un livre de littérature jeunesse, un livre de grammaire et de conjugaison ainsi qu’un manuel d’histoire-géographie.

Par ailleurs, 91 % des parents, 92 % des enseignants et 90 % des directeurs sont favorables à la définition d’un « équipement essentiel » en ressources numériques à l’école primaire. La principale raison mise en avant pour un recours accru aux nouvelles technologies est l’allègement du poids du cartable, une priorité pour 93 % des parents.

Selon une enquête de la FCPE en 2007, 85 % des élèves de CM2, 6ème et 5ème vont à l’école avec un cartable de plus de 7 kg, et 29 % d’entre eux sont déjà allés consulter un médecin pour des problèmes de dos. Une note ministérielle du 17 octobre 1995 indique pourtant que le poids du sac ne doit pas dépasser 10 % du poids moyen de l’élève, soit de 3,5 à 4,5 kilos pour des enfants de 11 à 13 ans.