L’offre d’options de langues au bac est trop importante : lefigaro.fr, revenant sur le rapport remis hier à Luc Chatel, en extrait plus particulièrement cette problématique.

Le rapport mentionne en effet 57 langues vivantes pouvant actuellement être évaluées à l’examen.

On peut lire sur le site du quotidien, reprenant certains des chiffres notés dans le rapport, qu’actuellement au bac, « 66,7 % des langues sont choisies par moins de 200 candidats ».

Quelques exemples : le polonais est choisi par moins de 500 candidats, le croate, le suédois par moins de 200, le cambodgien, le finnois par moins de 50, le danois, le laotien, le swahili, le tahitien, par moins de 20…

En termes d’organisation, il est difficile de trouver des examinateurs pour ces langues, qui ne sont d’ailleurs pas toutes enseignées au lycée.

Les inspecteurs auteurs du rapport sur le baccalauréat suggèrent donc de réduire le choix des langues proposées, en conservant les 12 langues européennes et les quatre langues internationales pouvant être choisies en langue vivante 2, langue vivante 3 et en épreuve facultative, ainsi que les huit langues régionales (pour voir le détail des langues retenues, se reporter à la p.10 du rapport).

Moins de langues, pour ne pas perdre son latin ? A voir…