Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU a demandé hier, lors d’une conférence de presse, que les candidats à l’élection présidentielle fassent en premier lieu des propositions pour lutter contre l’échec scolaire.

C’est en effet pour elle le problème crucial, et pour parvenir à l’enrayer, il faut « agir dans la classe et refonder l’éducation prioritaire ».

La mise en place des internats d’excellence et des ERS ne sont pas des solutions. Pour la secrétaire générale, « il est urgent de travailler à un projet éducatif qui permette des pratiques professionnelles diversifiées, comme des cours en petits groupes, et en cela, la formation [des enseignants] est essentielle ».