Les parents d’élèves sont 91 % à souhaiter une réforme de l’école, une réforme « en profondeur » pour 46% d’entre eux. C’est ce qui ressort d’un sondage Opinion Way(1) commandité par l’Association des parents de l’enseignement libre (Apel), sur le thème des projets pour l’enseignement à l’approche de l’élection présidentielle.

Globalement, les Français souhaitent à 85 % (et les parents d’enfants scolarisés plus encore, à 90 %) que les questions d’éducation occupent une place importante dans la campagne présidentielle.

Ils veulent que soient évoqués en priorité « la création d’un vrai métier pour l’accompagnement des enfants en situation de handicap » (93 %), « des parcours adaptés aux élèves qui rencontrent des difficultés (93 %) » et « l’amélioration de la formation des enseignants par l’alternance » (84 %).

L’usage des outils numériques, la place du contrôle continu au baccalauréat, et des rythmes scolaires repensés en primaire suivent de près dans leurs préoccupations.

Les parents d’élèves redoutent par ailleurs des réformes qui diminueraient le volume des enseignements : ils ne sont pas favorables au fait de supprimer le redoublement dès le primaire (70 %), de réduire le nombre d’épreuves au baccalauréat (66 %) ou d’alléger les rythmes scolaires au collège et au lycée (53 %).

Plus d’un quart d’entre eux s’opposent également à l’idée de favoriser d’autres modes d’évaluation que les notes (44 %), et au fait de permettre aux chefs d’établissements de choisir leurs enseignants (34 %).