Programme éducation de Sarkozy : un air de déjà-vu

Les propositions pour l'éducation de Nicolas Sarkozy, présentées mardi à Montpellier, comportent d'importantes similitudes avec celles de son programme électoral de 2007.

L’Express a comparé les propositions pour l’éducation présentées mardi par Nicolas Sarkozy avec celles de son programme électoral 2007, révélant d’importantes similitudes.

Ainsi, à Maisons-Alfort en 2007, Nicolas Sarkozy affirmait déjà vouloir « reconstruire une école du respect ». Un thème à nouveau galvaudé par le président sortant à Montpellier mardi.

Autre idée reprise des discours de 2007, le combat contre le nivellement. A Montpellier, le président a rejeté toute idée d' »égalitarisme » du système éducatif, et prôné le passage « de l’école pour tous à l’école pour chacun ». A Maisons-Alfort en 2007, il déplorait déjà l’abaissement post-mai 68 « du niveau de l’école pour le mettre à la portée du plus grand nombre ».

L’Express a également relevé également une forte analogie entre la proposition-phare du programme 2012 de Nicolas Sarkozy -l’augmentation du salaire des enseignants acceptant des heures supplémentaires de présence dans l’établissement-, et l’une des promesses faites par le président à Maisons-Alfort en 2007. Le président s’était « engagé à ce que ceux qui voudront travailler davantage puissent gagner plus ».

Bernadette Groison, du FSU, fait la même analyse : « Nicolas Sarkozy fait les mêmes propositions qu’il y a cinq ans, sur le thème du travailler plus pour gagner plus, mais elles n’ont pas été appliquées » estime-t-elle dans Le Parisien.

Source(s) :
  • lexpress.fr, lemonde.fr

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.