La porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, a indiqué hier que les collectivités locales seraient invitées à financer en partie l’installation de bureaux pour les professeurs dans les établissements scolaires.

Le président candidat a proposé, lors de son meeting sur l’éducation tenu mardi à Montpellier, que les enseignants du secondaire assurent 26 heures de présence dans les établissements, contre 18 actuellement, et puissent « recevoir un élève en difficulté » dans un bureau.

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, il s’agirait « de proposer aussi aux collectivités territoriales de participer, parce que c’est elles qui sont responsables de ces établissements » [les conseils généraux pour les collèges et les conseils régionaux pour les lycées, ndlr]. L’Etat participerait à hauteur d’environ « 100 millions d’euros ».

Najat Vallaud Belkacem, porte-parole de François Hollande, a déploré hier que « la facture » soit envoyée aux collectivités locales, « déjà asphyxiées par les transferts de compétence non compensées financièrement, la suppression de la taxe professionnelle, et autres largesses du mandat présidentiel écoulé ».

« La règle d’or, visiblement, c’est pour les autres, a-t-elle poursuivi. Trop facile de se présenter en candidat responsable et rigoureux dans ces conditions: c’est plutôt un candidat mauvais payeur qui s’adresse aux Français ».