Fin des suppressions de postes en maternelle et primaire à la rentrée 2013

Oubliée dans le discours de Nicolas Sarkozy sur l'éducation mardi à Montpellier, la fin des suppressions de postes en maternelle et primaire à la rentrée 2013 a été confirmée ce matin par le président sortant.

Nicolas Sarkozy a confirmé ce matin sur France-inter qu’il mettra fin à la règle de non-remplacement d’un professeur des écoles partant à la retraite sur deux dès la rentrée 2013.

Lors de son meeting consacré à l’éducation ce mardi 28 février, Nicolas Sarkozy avait omis de citer cette proposition-phare de son programme électoral.

Selon France-info, le discours du président-candidat comportait pourtant un paragraphe consacré à la mesure. « La maternelle et le primaire, où les enseignants travaillent déjà plus longtemps que les autres, seront à l’avenir exonérés de la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite » stipulait notamment le support écrit.

Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de Nicolas Sarkozy, avait réparé l’oubli au lendemain du discours du président sortant. « Pas de sup­pres­sions de classes en pri­maire en 2012, et pas de sup­pres­sions de postes à par­tir de 2013 » avait-elle affirmé sur BFM-TV.

La suppression de 5 700 postes dans le primaire sera cependant maintenue au budget 2012, avait précisé la porte-parole. « On est arrivé à un niveau dans lequel ce serait difficile de poursuivre les économies. Et par ailleurs, l’enjeu maintenant sur la maternelle et le primaire, c’est la formation des enseignants ».

Pour Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa, « le fait que [Nicolas Sarkozy] ait oublié de mentionner la suppression du un sur deux dans le premier degré dans son discours est sans doute significatif ». « Il a « totalement occulté l’école primaire où tous les apprentissages se jouent », a-t-il estimé.

 Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp-FSU, a lui aussi été « frappé par le silence sur l’école maternelle et élémentaire ». « Hormis la fin du ‘un sur deux’, Nicolas Sarkozy n’a avancé aucune proposition […] pour le premier degré » a-t-il déploré. « Parle-t-on d’ailleurs d’un moratoire ou de mesures de rattrapage tant le taux d’encadrement en primaire reste faible avec cinq enseignants pour 100 élèves ? »

Source(s) :
  • AFP, AEF, France-info, Challenges.fr, lejdd.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.