Lors de son intervention télévisée hier soir sur France 2, Nicolas Sarkozy a insisté sur le rôle de l’apprentissage.

L’emploi étant un thème central de cette intervention (voir lepoint.fr), le chef de l’Etat a fortement insisté sur l’importance de l’entrée dans l’entreprise des jeunes. Afin de la favoriser, il souhaite poursuivre la réforme du bac pro qu’il a initiée, en faisant de la 3e année de bac pro une année « en apprentissage, en alternance dans l’entreprise ».

Nicolas Sarkozy a indiqué s’être entretenu avec Claude Allègre, ancien ministre socialiste de l’Education Nationale dans le gouvernement de Lionel Jospin, pour discuter de ce sujet.

« Rien que cette décision, cela ferait 250.000 jeunes de plus en entreprise », a-t-il déclaré. Il a également mis en avant la faisabilité de cette décision, suite au renforcement des « obligations des entreprises pour faire de la place aux jeunes en apprentissage » mis en place par son gouvernement.

Tandis que le chef de l’Etat intervenait sur France 2, François Hollande était en meeting à Evry. Le candidat socialiste a déclaré en ouverture de ce meeting  : « nous avons le devoir de faire que la génération qui arrive vive mieux que la nôtre ». (voir leparisien.fr )

Claude Allègre s’est exprimé lui ausi sur Europe 1 hier matin sur le thème de l’éducation. Il a vertement critiqué le programme de François Hollande, rapporte leparisien.fr, affirmant que « ce que propose François Hollande est l’opposé de ce qu’il faut faire ». Pour l’ancien ministre de l’Education en effet, « le vrai problème, c’est qu’il faut augmenter le salaire des enseignants » afin « d’attirer les meilleurs éléments ».

Il a enfin dénoncé la « démagogie » du candidat socialiste, et sa promesse irresponsable de créer 60 000 postes d’enseignants.

Par rapport à l’ensemble des propositions de Nicolas Sarkozy hier soir, François Hollande a quant à lui déclaré ce matin sur France Inter : « Les Français ont entendu les promesses de Nicolas Sarkozy en 2007, ils savent ce qu’il faut en garder ».