Un sondage Ifop pour le Monde révèle que 46 % des enseignants interrogés envisagent de voter pour le candidat socialiste François Hollande au premier tour de l’élection présidentielle, contre 12,5 % pour Nicolas Sarkozy. Au second tour, 79 % d’entre eux déclarent qu’ils soutiendront Hollande, et 21 % Sarkozy.

Selon Jérôme Fourquet, analyste à l’Ifop, « cette catégorie professionnelle, championne de la dispersion des voix aux deux précédents [scrutins] présidentiels, a décidé cette fois de jouer l’efficacité pour être sûre de ne pas retrouver Nicolas Sarkozy ». En effet seuls 68 % des enseignants ayant soutenu Sarkozy en 2007 se disent prêts à réitérer leur vote.

Alors qu’en 2007, les propositions de Sarkozy étaient accueillies plutôt favorablement par la population enseignante, aujourd’hui elle y voit « la casse d’un système, la volonté de construire une école libérale à l’anglo-saxonne, avec une concurrence entre établissements, de moins en moins de moyens et bientôt un changement de définition du métier », explique Patrick Gonthier, de l’Unsa.

Cependant, 50 % des enseignants se disent sceptiques face à la promesse de François Hollande de créer 60 000 postes sur le quinquennat. 18 % sont même défavorable à cette proposition. En revanche, la priorité sur le premier degré donnée par le candidat socialiste remporte l’adhésion de 85 % d’entre eux.