Colloque sur Israël annulé à Paris-VIII pour risque de « troubles à l’ordre public »

Le président de l'Université Paris-VIII a annulé vendredi un colloque encourageant le boycott des échanges avec l'état d'Israël, pour "risque de troubles à l'ordre public".

Pascal Binczak, président de l’université Paris-VIII, a annulé ce vendredi le colloque « Des nouvelles approches sociologiques, historiques et juridiques à l’appel au boycott international : Israël, un État d’apartheid ? » qui devait se dérouler au sein de l’établissement les 27 et 28 février prochains. Selon lui, certaines contributions « à caractère fortement polémique » laissaient « présager un risque sérieux de troubles à l’ordre public ». Un communiqué paru sur le site de l’université évoque également une atteinte à « l’exigence d’indépendance de l’université de toute emprise politique ou idéologique », « la présentation de ce «colloque» comme étant «universitaire», ainsi que la présence répétée de «Paris-VIII» sur les supports de communication pouvant être de nature à créer une confusion ».

Pour certains militants, le président de Paris-VIII aurait cédé aux pressions du Conseil représentatif des institutions juives (CRIF), qui avait dénoncé mardi un « colloque anti-israélien » et appelait l’université à ne pas « permettre des manifestations violentes et discriminatoires ». Pascal Binczak a fermement démenti ces accusations, rappelant que l’université accueille chaque année le festival Printemps Palestine. « Mais c’est une manifestation culturelle et non politique », a-t-il affirmé.

Suite à l’annulation de ce colloque, un collectif de chercheurs et de personnalités a publié une lettre ouverte dénonçant une « mise en en péril de la liberté d’expression et des libertés académiques ».

En mars dernier, une affaire similaire s’était déroulée à l’ENS, sa direction ayant refusé de mettre à disposition du Collectif Palestine ENS une salle pour organiser une réunion. Le Conseil d’Etat avait tranché en faveur de la directrice de l’établissement, estimant qu’elle n’avait pas porté atteinte au principe de la liberté de réunion et d’expression des élèves.

Source(s) :
  • lemonde.fr, lefigaro.fr, blogs.mediapart.fr

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.