Se comparer en éducation, pourquoi, comment ?

A l’occasion de son colloque annuel, qui aura lieu du 16 au 18 mars prochains à Strasbourg, notre partenaire l’AFAE met en ligne en amont des analyses des intervenants. Le thème de cette année est "Enjeux internationaux pour les professionnels de l’éducation : mieux connaître pour mieux agir". Luisa Lombardi, experte et consultante en éducation comparée, présente les enjeux de ce colloque.

Se comparer en éducation, pourquoi, comment ? par Luisa Lombardi, intervenante au prochain colloque annuel de l’AFAE.

Mais quelle idée de se comparer… ?

Comparer les systèmes et les politiques éducatives, en Europe et dans le monde : voici une pratique qui est en pleine expansion chez les organismes supranationaux (l’UE, l’OCDE, la Banque Mondiale…) et qui suscite un intérêt croissant auprès des États.

La « comparaison internationale en éducation » – une méthode de connaissance des questions éducatives née dans les milieux de la recherche – fait de plus en plus partie de la réalité des acteurs de l’Éducation nationale. Que l’on exerce le métier d’inspecteur, de recteur, de chef d’établissement, d’enseignant ou d’élève, il est devenu difficile de ne pas se confronter, d’une manière ou d’une autre, dans son parcours scolaire ou dans ses pratiques professionnelles, à la comparaison internationale. Des comparaisons spontanées sont faites lorsqu’on discute, avec ses collègues ou ses amis, des enquêtes PISA sur les acquis des élèves de 15 ans, ou bien des indicateurs publiés chaque année par l’OCDE dans Regards sur l’éducation (indicateurs sur le temps de travail des enseignants, sur le fonctionnement des établissements scolaires, etc.), ou encore des critères européens de référence fixés dans le cadre de la « stratégie de coopération 2020 » (réduire le taux de décrochage scolaire à moins de 10% ; réduire le taux des jeunes de 15 ans ayant des lacunes en lecture, en mathématiques et en sciences à moins de 15 % ; etc.).

« Nos systèmes éducatifs évoluent et se transforment aujourd’hui sous les regards des autres » (Malet, 2008). Ce constat est suivi d’un autre, à savoir que la comparaison internationale en éducation inspire des sentiments contradictoires aux personnels éducatifs : à la fois de la curiosité, un véritable intérêt, mais aussi une certaine méfiance, et parfois même un rejet. Elle apparaîtrait à certains comme un « effet de mode » qui caractérise notre époque, une pratique qui se trouverait « prescrite » aux systèmes éducatifs nationaux par les organisations internationales, auteures de la plupart des enquêtes comparatives, sans qu’on sache pourquoi il conviendrait de se conformer à ces injonctions. »

Pour lire la suite de l’article

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.