Le Snep-FSU, syndicat largement majoritaire des professeurs d’EPS avec 84,5 % des voix, a souhaité hier interpeller les candidats à la présidentielle sur les difficultés de la discipline.

Le syndicat dénonce la suppression de 5.000 enseignants d’EPS depuis 2004, ce qui représente environ 100.000 heures d’EPS et 15.000 heures de sport scolaire en moins chaque semaine. Seuls 15 % des établis­se­ments assurent l’ensei­gne­ment de l’EPS dans des condi­tions nor­males, c’est-à-dire sans recou­rir aux heures sup­plé­men­taires ou aux vacataires. Il y a actuel­le­ment 2.500 pro­fes­seurs pré­caires, selon le syndicat. Par ailleurs, 20 % des établis­se­ments ne peuvent plus assu­rer les cours de nata­tion, et près de 40 % ne sont plus en mesure de pro­po­ser aux élèves des cours en effec­tifs réduits.

Dans une plaquette intitulée 10 propositions pour le sport : Rendre le sport émancipateur, le Snep demande en priorité que l’Etat recrute « un nombre conséquent de professeurs de sport ». Dans son livre blanc pour l’EPS, le syndicat propose en outre de renforcer les horaires de l’éducation physique avec « au moins 4 heures par semaine » en primaire, « 4 heures en collège et 3 heures en lycée », de libérer « systématiquement » le mercredi après-midi pour les activités des associations sportives, ou encore d’inclure dans le service de tous les enseignants d’EPS (titulaires ou non) un forfait de 3 heures hebdomadaires pour assurer l’animation de l’AS…

Le Snep va adresser à tous les candidats une lettre détaillant ses propositions (sauf à Marine Le Pen). Serge Chabrol, secrétaire général du Snep, a qualifié d’« intéressante » la proposition de François Hollande de recréer 60.000 postes dans l’Education nationale. Quant au souhait de Nicolas Sarkozy que chaque élève pratique une heure d’activité physique par jour, Serge Chabrol rappelle qu’« une heure d’activité physique, ce n’est pas une heure d’EPS ».

Le Snep organise les 30 et 31 mars, à Créteil, le colloque « Sport demain, enjeu citoyen », où seront présentées et débattues les propositions du syndicat pour un sport démocratisé, éducatif et émancipateur.