A l’école Saint-Pierre de Jette, en Belgique, les élèves surpris à parler français entre eux reçoivent des heures de colle. Le nouveau règlement de cet établissement néerlandophone de la banlieue de Bruxelles interdit en effet l’usage de la langue française dans son enceinte, y compris pour les conversations privées à la récréation. Si un élève enfreint cette règle à trois reprises, il écope d’une heure de colle, assortie d’un cours de néerlandais.

Véronique Vanhercke, la directrice de l’établissement, ne voit pas cela « comme une punition ». Si les élèves parlent français entre eux « cela ne les aide pas à mieux maîtriser le néerlandais ». Selon elle, les élèves « ne faisaient pas d’effort, car le système n’était pas assez sévère ».

En effet, près de 40 % des élèves de l’établissement n’ont pas le néerlandais comme langue maternelle. Pour les parents, cette règle relève d’une « méchanceté linguistique ».