Nous les connaissons très bien sans les avoir jamais vus : les personnages de roman restent d’ordinaire confinés dans notre imaginaire. Brian Joseph Davis, auteur et co-fondateur du site littéraire Joyland, s’est servi d’un logiciel de portraits-robots utilisé par la police pour donner vie à ces héros de fiction.

Il utilise les descriptions données par les auteurs pour composer les portraits de leurs personnages, qu’il publie sur le site thecomposites.tumblr.com. Ce projet lui a été inspiré par une référence de l’écrivain James Ellroy aux « identikits », des portraits qui combinent plusieurs caractéristiques faciales choisies dans des listes par les témoins de crimes. Brian Joseph Davis a modernisé le procédé via l’utilisation du logiciel FACES, qui lui permet de piocher parmi quelque 10.000 traits de visage différents. Il prend en compte l’époque de publication et d’autres éléments de l’histoire pour combler les vides des descriptions physiques (en particulier le nez et les oreilles, souvent ignorés par les auteurs, a-t-il remarqué).

Sa galerie ne compte pour l’instant qu’une douzaine de têtes, parmi lesquelles Emma Bovary (Madame Bovary), Edward Rochester (Jane Eyre) ou encore Sam Spade (Le Faucon maltais), mais il est ouvert à toute suggestion de nouveau personnage et compte rapidement étoffer sa collection. Seule contrainte : il faut lui fournir la description en anglais.

Pour ceux qui ne disposeraient pas d’un logiciel médico-légal de qualité professionnelle mais voudraient malgré tout s’adonner à l’exercice, le site Flash Face permet de composer gratuitement des portraits-robots en ligne.