La Conférence des Grandes Ecoles adresse ses propositions aux candidats à la présidentielle

La CGE présentait ce matin lors d’une conférence de presse à Paris son programme "pour une société de la connaissance et de la compétence". La CGE va transmettre ses propositions aux candidats à l’élection présidentielle, et à l’ensemble des députés. Pierre Tapie, son président, les a détaillées.

Le programme de la CGE « pour une société de la connaissance et de la compétence » est un ensemble de propositions pour l’éducation, l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation.

Ce sont en tout 20 propositions (Source : EducPros.fr) qui seront transmises aux candidats à l’élection présidentielle. Elles concernent l’enseignement dans son ensemble, du primaire au supérieur. Elles ont en commun de ne point dissocier la connaissance de la compétence.

Pierre Tapie est parti d’un constat : la compétence française du « lire, écrire, compter » se dégrade. Parallèlement, chaque année 150 000 jeunes quittent le système scolaire sans aucun diplôme.

Instituts Horizon Métiers

La CGE propose, pour aider ces jeunes, la création d’Instituts Horizon Métiers, où leur serait dispensée une formation 2/3 en entreprise, 1/3 en école, pour se réapproprier le socle commun.

La CGE, en lien avec les entreprises, propose sa contribution à ce dispositif, au niveau pédagogique, mais également en termes de mise à disposition de locaux, au sein des écoles, pour ces jeunes.

Pour les aider, la CGE propose également un service civique obligatoire pour chaque jeune diplômé du supérieur : afin d’obtenir définitivement son diplôme, ce jeune devra obtenir son « quitus citoyen ». Pour cela, il devra par exemple consacrer un mois par année d’étude à être moniteur d’enseignement auprès des jeunes en difficulté.

Ce projet associerait institutions universitaires, lycées, entreprises, organisations patronales et syndicales etc.

Enfin, pour ancrer davantage l’enseignement secondaire dans la réalité économique, la CGE propose un stage d’immersion totale pour chaque enseignant du secondaire en entreprise.

20 milliards d’euros de plus pour le supérieur et la recherche

Pour ce qui est de l’enseignement supérieur et de la recherche, les dépenses qui y sont consacrées doivent augmenter d’un point de PIB – ce qui représente 20 milliards d’euros d’augmentation sur une période de 7 à 10 ans. L’Etat seul ne peut y subvenir : la CGE propose donc que chaque étudiant ayant réussi son diplôme, reverse l’équivalent d’un mois de salaire par année d’étude à son université d’origine.

Pierre Tapie a insisté sur le fait que les universités aient le droit de choisir leurs étudiants en adéquation avec les formations proposées. La mission de l’université est double : diffuser la connaissance mais aussi former aux métiers de demain. Le droit à une orientation sélective doit être affirmé. Dans un tel contexte, la voie technologique, les métiers manuels doivent être revalorisés, et il faut « donner un métier à tous les jeunes, tout en les cultivant ». Et « en finir avec une image de la réussite qui passerait uniquement par un emploi dans une grande entreprise internationale pour un diplômé à bac+5 ».

Tripler le nombre d’étudiants étrangers

Enfin, la CGE demande de tripler le nombre d’étudiants étrangers en France, et d’en accueillir 50 000 de plus chaque année pendant 10 ans. Outre le fait que leurs frais de scolarité payants représenteraient 7 fois le Grand Emprunt, ils permettraient à la France d’accroître au niveau international son influence sur le « pouvoir gris ».

La CGE souhaite également un travail beaucoup plus étroit entre MEN et MESR. Les dispositifs tels que les Cordées de la Réussite sont à privilégier. Les proviseurs de lycées à classes préparatoires sont également des personnes importantes dans le cadre de ce dialogue.

Pierre Tapie estime que l’enseignement supérieur français forme un tout et que le problème de l’opposition universités/grandes écoles est obsolète. Il est d’ailleurs totalement dépassé dans le cadre des PRES, qui les associent étroitement -d’ailleurs avec une troisième composante, les instituts de recherche- ou encore des doubles diplômes qui existent déjà (comme celui de Polytechnique et Paris XI).

En conclusion, il existe un espace universitaire unique qui a un seul objectif : la réussite de tous les élèves, dans leur diversité.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.