Le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, qui a mis la jeunesse et l’éducation au coeur de son programme, a critiqué hier lors d’un déplacement à Orléans le bilan du président Nicolas Sarkozy dans ce domaine. « Les dernières années n’ont pas été bonnes. L’école a été dégradée. L’éducation est devenue une variable d’ajustement » budgétaire, a-t-il dénoncé devant plus de 2.000 personnes. « En faisant des économies sur l’école, on l’affaiblit, on l’ampute », a-t-il ajouté.

François Hollande a affirmé qu’il rétablirait la formation des professeurs, pas à l’IUFM, mais au sein de l’université, dans des « Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation » qui réuniront « enseignements théoriques et pratiques » et « recherche pédagogique ». Il a par ailleurs confirmé son intention de créer 60.000 postes dans l’Education nationale, et souhaite mettre l’accent sur « l’école maternelle et l’enseignement primaire« , où il veut « plus de maîtres que de classes ».