La Cour des Comptes vient de publier son rapport annuel 2012, dans lequel les effets de la masterisation sont passés au crible.
Le rapport note que son « application accélérée a entraîné de nombreux dysfonctionnements pour une partie des 15 763 enseignants stagiaires concernés […] qui avaient la charge d’environ 500 000 élèves ».

Suite à la lecture de ce rapport, les syndicats ont réagi. Pour le SNUipp, cité par l’AEF, ce rapport montre que « du point de vue budgétaire, considération principale qui a guidé la réforme avec la mise en œuvre du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraire, l’opération apparaît peu rentable ». Par ailleurs, « les conséquences [de la masterisation] sont triplement désastreuses »: « pour les étudiants, le métier d’enseignant ne semble plus attractif », « pour les enseignants débutants, les premiers pas dans l’exercice du métier sont devenus très difficiles parfois intenables », enfin la lutte contre l’échec scolaire est rendue impossible.