Le mathématicien Jean-Pierre Demailly, membre du Comité sur l’enseignement des sciences de l’Académie des sciences, dénonce dans le Figaro les ravages de la masterisation sur l’enseignement des mathématiques.

Avec la masterisation, « environ 75% des professeurs d’école formés aujourd’hui sont issus de filières non scientifiques » déplore-t-il. Il dénonce notamment le « très faible contenu scientifique de ces filières » et le niveau insuffisant des formations disciplinaires des universités.

Selon le mathématicien, il en résulte une baisse des « exigences réelles des disciplines scientifiques », devenues « bien trop faibles dans le secondaire », et « de grandes lacunes » chez les élèves, allant jusqu’à l’innumérisme.

Cela a des conséquences « sur la formation de tous les citoyens – futurs professeurs, techniciens, ingénieurs en particulier, déplore Jean-Pierre Demailly. Si des réformes courageuses et ambitieuses ne sont pas rapidement menées, une telle évolution désastreuse menace notre pays à brève échéance. »