« Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas » : cette phrase prononcée samedi par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant lors d’un colloque organisé par l’association étudiante de droite Uni a rapidement déclenché la polémique.

Claude Guéant a déjà suscité la controverse sur d’autres sujets, en particulier dans le monde de l’éducation, avec sa récente circulaire du 31 mai qui durcit les conditions d’accès à l’emploi pour les étudiants étrangers, ou encore en déclarant fin mai que « les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés » avant d’être cor­rigé par l’Insee.

Sa nouvelle déclaration lui a attiré les foudres de la gauche. Harlem Désir, numéro 2 du PS, dénonce sur Twitter « la provocation pitoyable d’un ministre réduit à rabatteur de voix FN ». Dans un communiqué, le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) a « condamné les propos » de M. Guéant en lui demandant « ce qu’il cherchait en s’enfermant dans son discours xénophobe et raciste ».

Le président de l’Uni, Olivier Vial, affirme pour sa part que le discours de Claude Guéant tenu à l’Assemblée nationale devant quelques 300 étudiants et professeurs de l’association de droite était « très général, très serein, posé et républicain (…). Il n’avait aucune vocation à être polémique, ce n’était pas une harangue », a-t-il assuré.

Louis de Raguenel, chargé de la veille internet au ministère de l’Intérieur, a expliqué sur Twitter qu’« il s’agissait de condamner celles qui ne respectent pas la liberté de conscience, d’expression et l’égalité hommes/femmes ». Le ministre de l’Intérieur aurait ainsi affirmé que les civilisations « qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique ».

SOS Racisme se dit « interloqué » par ces propos et estime que « M. Guéant ne manque pas d’air, lui dont la politique et les discours sont aux antipodes des valeurs d’égalité et de fraternité. »