Bavardage en classe : que faire pour rétablir l’écoute ?

Enseignante de philosophie, Florence Ehnuel, dans son livre "Le bavardage, parlons-en enfin", dénonce les méfaits de ce dernier sur la qualité de l'enseignement et le moral du professeur. Elle propose ici quelques pistes pour y remédier.

Florence Ehnuel

Florence Ehnuel © Jean-Marc Gourdon

Désagrément quotidien subi par les enseignants de tous niveaux, le bavardage est pourtant rarement évoqué dans les médias ou dans la littérature spécialisée. Enseignante de philosophie, Florence Ehnuel y consacre un ouvrage pour lever le voile sur la souffrance des enseignants qui y sont confrontés et propose quelques solutions pour y mettre fin.

Votre livre s’appelle Le bavardage, parlons-en enfin. Vous déplorez dès le titre le manque de communication autour du bavardage, même entre enseignants. Pourquoi ce tabou ?

Le bavardage n’est pas un phénomène nouveau, il remonte à 30 ou 40 ans. Et pourtant, nous autres professeurs, nous croyons encore que si les élèves bavardent dans les classes, c’est notre faute, c’est parce que nous ne sommes pas bons. Soit parce que nous n’avons pas d’autorité naturelle, soit parce que nous ne faisons pas de cours d’assez bonne qualité, assez captivants ou assez vivants. Donc nous avons honte, et nous n’en parlons pas. Cela reviendrait à avouer que nous sommes de mauvais professeurs. J’ai l’impression que la situation s’améliore depuis un ou deux ans : nous commençons à évoquer le sujet pendant les conseils de classe, nous l’écrivons parfois sur les bulletins scolaires. Il est important que les enseignants prennent conscience que ce n’est pas de leur faute ; même s’il y a des cas particuliers, le bavardage ne relève pas du professeur, c’est un phénomène de société.

Un blog pour témoigner

Florence Ehnuel a également ouvert un blog pour recueillir les témoignages d’enseignants, d’élèves ou de parents sur le bavardage : bavardageparlonsen.fr

Vous-même, en tant qu’ « enseignante bavardée », comme vous vous définissez, vous avez expérimenté plusieurs méthodes pour rétablir l’écoute de vos élèves. Quelle attitude est typiquement inutile face à une classe bavarde ?

Il est totalement inutile de débattre du bavardage avec les élèves, de les raisonner, tant qu’ils ne savent pas se taire, qu’ils ont le réflexe de parler. On peut dialoguer de beaucoup de choses avec eux, mais pour le bavardage cela ne sert à rien. L’école doit avant tout leur apprendre à écouter. Attention également à ne pas trop exiger des élèves. Ils ne peuvent pas être attentifs et concentrés 8h par jour. Il faut instaurer une variété d’exercices, avec des moments où l’on écoute et des moments où l’on peut dialoguer avec les voisins, lors d’activités en groupe par exemple. Enfin, la mise en place d’un cadre très strict, avec un système de sanctions, pour leur faire comprendre qu’en classe on ne bavarde pas, est essentielle. Ce sont les trois grands axes qui pourraient changer les choses. Après, il y a de petites méthodes qui permettent d’obtenir de bons résultats.

Pouvez-vous m’en citer une ?

Il n’y a pas de règles universelles. Le plus important est d’adapter la méthode à sa classe. Dans la mienne, pour l’instant, ce qui marche le mieux, en plus de varier les exercices, est d’appliquer une gradation dans les sanctions. Au premier avertissement, j’indique à l’élève que je le changerai de place s’il continue à bavarder. Au deuxième rappel, je le déplace, au troisième, je lui donne un devoir à faire sur place et au quatrième, je l’exclus.

Il est important d’être strict, mais pas trop non plus. Un petit conseil donné par mes élèves eux-mêmes : il faut définir des règles dès le début de l’année et constamment les rappeler et s’y tenir. Effectuer par exemple un rappel après chaque période de vacances. Maintenir son autorité est en effet l’une des tâches les plus difficiles. Ce n’est pas ce qu’on a envie de vivre avec nos élèves, mais c’est essentiel.

Vous parlez dans votre livre de faire intervenir les parents. Comment peuvent-ils collaborer avec l’enseignant pour résoudre ce problème de bavardage ?

Si un élève est signalé comme bavard par l’enseignant, les parents doivent absolument faire le point avec lui. Il faut savoir que les professeurs ne mentionnent la tendance au bavardage que si celle-ci est particulièrement gênante, toujours à cause de ce problème de honte. Cela signifie que l’élève n’a aucune maîtrise de l’écoute. Il faut aussi en discuter régulièrement avec l’enfant, ne pas l’évoquer qu’une fois. Je crois que les parents pensent que le bavardage est anodin, mais c’est grave. C’est grave justement parce que ça se fait dans l’impunité. Si un élève injurie un professeur, il s’expose, il sait qu’il va être sanctionné. Lorsqu’il bavarde, il ne le sera pas forcément.

Vous incriminez le développement des nouvelles technologies d’information et de communication, qui privilégient le « zapping », pour justifier la tendance des élèves à se disperser et à bavarder. Ne faudrait-il pas adapter les modes d’enseignement à l’évolution de la société, en proposant aux élèves de travailler avec Facebook et Twitter, comme le font déjà certains professeurs ?

J’ai effectivement essayé une année de créer un groupe sur Facebook pour la classe. Cela n’a rien donné, ils n’allaient jamais sur la page. Par contre, je ne l’utilisais pas en classe, car je trouve ça assez terrible d’utiliser Facebook ou Twitter pendant le cours. Lorsque je suis avec mes élèves, si je commence à mettre un ordinateur entre nous, j’aurais l’impression de devenir un poste de télévision !

Je pense que les nouvelles technologies peuvent être utiles, mais si elles ne sont pas accompagnées d’un apprentissage de l’écoute et de la concentration et associées à un système de sanctions, elles ne serviront à rien.

Dans les commentaires d’un article du Figaro parlant de mon livre, beaucoup expriment l’idée qu’il est absurde de faire des cours en présence et préconisent d’envoyer les cours aux élèves par Internet. C’est significatif du fait que les gens croient que l’écoute est avant tout une affaire de medium. J’y vois une extrême naïveté des gens qui croient que l’ordinateur va donner à leurs enfants la capacité d’apprendre. Les nouvelles technologies permettent certes de varier les exercices, mais pas de régler le problème d’écoute. Il n’est pas absurde de dire que le bavardage peut-être le symptôme d’une école à réinventer, mais je pense qu’on ne fera jamais l’économie d’apprendre à écouter et à se concentrer.

Le bavardage, parlons-en enfin, Florence Ehnuel, Fayard, 25/01/2012.

Partagez l'article

13 commentaires sur "Bavardage en classe : que faire pour rétablir l’écoute ?"

  1. louailsonia  3 février 2012 à 19 h 03 min

    bonsoir madame, j’ai lu votre article concernant le bavardage en classe.Je suis enseignante et j’en souffre au point que parfois je sors de ma classe et je fais appel au proviseur. Les leçons de morale n’ont aucun impact sur eux , les changements de place non plus donc pour moi le seul moyen de les faire taire est de leur soustraire des points des devoirs faits en classe. N’est ce pas un moyen qui permet de rétablir l’ordre ? Mes salutations madame.Signaler un abus

    Répondre
  2. wahid  7 février 2012 à 17 h 48 min

    Votre expérience s’applique avec des classes à effectif réduit mais pas dans des classes de pas moins de 42 élèves..Signaler un abus

    Répondre
  3. prof révoltée  24 juin 2014 à 0 h 42 min

    Bonjour,
    Merci à Florence Ehnuel pour cette prise de position courageuse et intelligente. Effectivement, TOUT le système actuel fait culpabiliser les profs, c’est tellement plus facile. REVOLTANT! Il faut vraiment réagir et agir.Signaler un abus

    Répondre
  4. Parents désemparés  17 décembre 2014 à 11 h 01 min

    Bonjour,

    « Stigmatiser » certains élèves car ils sont bavards, est ce vraiment nécessaire et utile? N’y a t’il pas d’autres alternatives respectueuses de chacune des parties?
    En ce qui nous concerne, nos enfants ont en la matière un patrimoine héréditaire certain (génétique ou environnemental ? les chiens ne font pas des chats),nous sommes nous même des parents bavards et nous en avons conscience. Paradoxalement,ils sont très généreux et solidaires des autres, sensibles aux injustices qu’ils perçoivent à leur niveau, aussi nos enfants « douloureusement » sanctionnés pour leurs bavardages: notes divisées par 2, pas de félicitations avec très (très) bonnes moyennes… en raison de bavardage sont réellement déstabilisés et nous ne savons pas leur apporter de réponses cohérentes.
    Quand nous les interrogeons sur les raisons pour lesquels ils n’arrivent pas à faire le silence en classe ils nous répondent qu’ils ne cherchent en aucune manière à nuire au groupe (camarades et enseignants) mais qu’il s’agit pour eux d’un échappatoire, d’une soupape…
    Qui sont les coupables? Tous les parents d’enfants bavards doivent ils culpabiliser? Y a t’il vraiment des coupables en fait ? Est ce les bonnes questions à ce poser? « le bavardage » peut il être constructif ?………..Signaler un abus

    Répondre
    • Doudoulm  19 septembre 2015 à 0 h 25 min

      Bonjour
      Je souhaite m’adresser à la personne qui a écrit le commentaire « parents désemparés » dont les enfants sont bavards. Certes, l’intention de vos enfants n’est pas de nuire aux autres, mais c’est bien cela qui se produit. Il est nécessaire qu’ils comprennent que leur liberté s’arrête là où commence celle des autres. Dans un groupe classe, il est essentiel d’apprendre à vivre et à communiquer ensemble. Et la régulation de la prise de parole est la base. On ne peut pas parler quand bon nous semble car cela gêne les autres qui ne peuvent pas participer à un échange construit ni écouter le professeur qui conduit le cours. Il y a certainement, quand même, chez les enfants bavards, un manque de respect pour les autres ( élèves et professeurs)Signaler un abus

      Répondre
    • prénat  30 juillet 2016 à 23 h 01 min

      Les parents n’ont pas à culpabiliser si leur enfant son bavard. Par contre je confirme qu’un élève très bavard gène la classe surtout quand il est bon car lui il a compris mais il va gêner ses camarades qui du coup auront du mal à comprendre.

      Bon après s’il sais s’arrêter après une remarque ça va.

      Après dans nos cours à nous aussi les professeurs nous devons alterner les moments où l’on doit écouter et ceux où ils ont le droit d’interagir entre eux.Signaler un abus

      Répondre
  5. baya  21 janvier 2015 à 12 h 15 min

    bjr
    votre article nous est très utile
    les inspecteurs nous disent quand on trouve qu’une classe bavarde cela indique que le prof n’est pas motivant et que cette génération ne veut pas un enseignant « bavard » ou « arcaique »
    moi j’enseigne le français en Algérie
    pour moi , quand les élèves bavardent, je leur dit que je vais soustraire un point de leurs notes du bultin à chaque fois qu’ils le font, mais le bavardage existe encore; que pensez-vous?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.