Lors de ses voeux au monde éducatif hier, Jean-Luc Mélenchon a condamné les mesures de Sarkozy et le projet global de l’UMP, qui fait peser une « grande menace sur le système éducatif français » : celle de « la finan­cia­ri­sa­tion et de la mar­chan­di­sa­tion des savoirs ». Le candidat du Front de gauche a notamment critiqué la loi LRU sur l’autonomie des universités.

« Il ne s’agit pas d’autonomie au plan péda­go­gique quand c’est M. Sarkozy qui en parle, il s’agit d’autonomie de ges­tion dans tous les sens du terme, il s’agit de créer un mar­ché avec des acteurs en concur­rence », a estimé Jean-Luc Mélenchon. « Maintenant, le pro­jet de l’UMP, c’est de répandre cette méthode par­tout et dès le pri­maire ».

Pour « briser la logique de marché », le candidat du Front de Gauche a proposé d' »ins­tau­rer la gra­tuité qui est la seule capable d’abolir la com­pé­ti­tion entre les établis­se­ments », de réta­blir la carte sco­laire » et d' »abro­ger la LRU ». Il a également préconisé d’allonger la durée de scolarisation « de 3 ans à 18 ans ».

Concernant la formation des enseignants, il a prôné « le recru­te­ment social », les « pré-recrutements comme nous le fai­sions dans le passé », et proposé de rétablir la formation des maîtres.