Les prud’hommes ont condamné l’Education nationale à indemniser ou titulariser 48 EVS de Sarthe, de Mayenne et Loire-Atlantique.

43 d’entre eux avaient déposé un recours, car, recrutés en contrats d’avenir, ils n’avaient bénéficié d’aucune formation et aucun n’avait été embauché à l’issue de son contrat. Ils recevront chacun une indemnité de 10 000 à 15 000 euros.

Quant aux 5 autres, embauchés en contrats uniques d’insertion, ils ont obtenu « une requa­li­fi­ca­tion en CDI de leurs contrats en cours, ainsi qu’une indem­nité de requa­li­fi­ca­tion d’un mois de salaire, 3.500 euros de dom­mages au titre des inté­rêts pour défaut de for­ma­tion ».

Pour la CGT-FO, il s’agit d' »une vic­toire impor­tante pour la lutte contre la pré­ca­ri­sa­tion galo­pante dans la Fonction publique et le res­pect du droit des sala­riés ».