Enseignement du chinois : « Entre l’oral et l’écrit, il y a deux langues »

Isabelle Han, présidente de l'Association française des professeurs de chinois (AFPC), dresse pour VousNousIls un état des lieux de l''enseignement du chinois en France, et nous en fait découvrir les spécificités.

Isabelle Han de l'Association française des professeurs de chinois (AFPC)Isabelle Han est professeur de chinois à Lille-2 pour des étudiants non spécialistes, et présidente de l’Association des professeurs de chinois en France (AFPC). Elle nous présente son association et les enjeux actuels de l’enseignement du chinois en France.

Quelles sont les missions de l’AFPC ?

L’association française des professeurs de chinois a été fondée en 1984. Elle a pour objet la promotion de la langue et de la culture chinoises. Elle compte aujourd’hui plus de 430 membres, en majorité des professeurs de chinois de tous niveaux mais surtout du secondaire, ainsi que des personnes sympathisantes ouvertes sur la Chine.

Nous proposons des informations en ligne sur le monde et la vie éducative chinois, par exemple des offres de postes en France, et nous adressons chaque mois à nos membres une lettre d’informations, notamment sur des évènements culturels. Notre site héberge également des ressources pédagogiques, telles que la liste des caractères à connaître en fin de lycée, en fonction du niveau.

L’association s’occupe également de l’organisation en France du Hanyu Shuiping Kaoshi (HSK), un test de compétences conçu par le ministère chinois de l’Education, équivalent du TOEFL pour le chinois. Enfin, nous nous occupons de sélectionner chaque année l’équipe d’élèves du secondaire qui vont représenter la France au concours culturel et linguistique « Pont vers le chinois« .

Combien d’établissements proposent des cours de chinois en France ?

Le mandarin est actuellement la 5ème langue enseignée en France. On peut aujourd’hui apprendre le chinois dans 30 écoles primaires, et 535 collèges et lycées (contre 363 en 2007).

Combien y a-t-il d’enseignants pour la discipline ?

Il y a quelque 400 enseignants de chinois en France, sur lesquels moins de la moitié (40 %) sont certifiés : une grande partie sont contractuels. Cette année le Capes externe et l’agrégation de chinois ont été fermés, seuls 12 nouveaux postes ont été ouverts pour le Capes interne. Nous stagnons, alors que nous enregistrons chaque année une progression d’effectifs élèves à deux chiffres. S’il n’y avait que 2.663 élèves qui apprenaient le chinois en 1995, en 2011 ils étaient 29.505, auxquels il faut encore ajouter environ 3.000 élèves dans les lycées français à l’étranger…

Les débouchés du chinois

L’AFPC et l’association France Chine Education ont co-organié le 20 janvier 2012 au lycée Louis-le-Grand un colloque intitulé « Apprendre le chinois : un atout. Quels parcours, vers quels débouchés ? ».

Il était notamment consacré à l’offre d’enseignement dans l’enseignement supérieur, et aux besoins des entreprises.

>> Lire notre compte-rendu

Ressources pédagogiques

Notre fiche pédagogique sur le chinois, réalisée en partenariat avec l’AFPC, propose de nombreuses ressources en ligne pour l’apprentissage du chinois : leçons, activités, exercices, jeux, podcasts…

La Chine est aujourd’hui présentée comme un acteur majeur de l’économie mondiale. Est-ce la principale raison du succès croissant du chinois ?

Aujourd’hui la place de la Chine dans le monde joue fortement sur la motivation, en tout cas dans le supérieur. Ce choix de langue est fortement lié à un choix de parcours. Mais dans le secondaire, cela repose davantage sur un intérêt culturel, pour les arts martiaux ou la cuisine chinoise par exemple, qui attire vers le pays.

Enseigner la langue et surtout l’écriture chinoises nécessite-t-il des aménagements spécifiques ?

Non, il n’y a pas d’aménagement spécifique pour faire cours. Dans la pédagogie par contre, il faut prendre en compte l’éloignement de la langue : l’ordre des mots et la syntaxe sont très différents, aucun mot n’est transparent comme en anglais par exemple… La part dévolue à la culture est aussi plus marquée dans nos cours, car nous devons démystifier la culture chinoise : nous avons un rôle d’ajustement, à cause des médias, qui ne véhiculent pas forcément une image très juste et positive de la Chine.

Est-il difficile d’enseigner l’écriture chinoise ?

Dans le chinois, il y a presque deux langues, la langue orale et la langue écrite. En Chine, on accepte très bien le fait de savoir dire beaucoup de choses qu’on ne sait pas écrire, et de savoir écrire beaucoup de choses qu’on ne sait pas dire. D’autant plus qu’il y a une certaine lenteur à l’écrit : les caractères ne sont pas compliqués, mais prennent longtemps à écrire.

Il faut donc dissocier les compétences orales et écrites, et chercher à aller aussi loin que possible dans chacune, sans pouvoir aller au même rythme. Les élèves ont des listes de caractères à connaître obligatoirement, et on va apprendre tout le reste en pinyin (écriture phonétique). L’important, c’est de leur permettre de s’exprimer. C’est une matière où on ne peut pas être trop perfectionniste.

La question de l’apprentissage de l’écriture fait encore plus polémique dans le supérieur, où les trois quarts des apprenants sont non spécialistes et ont donc d’autres priorités. Mes étudiants n’écrivent pas à la main, tout se fait à l’ordinateur. On a juste besoin de la phonétique, ensuite l’ordinateur propose le choix entre dix caractères qui se prononcent de la même façon et il suffit de cliquer sur le bon. C’est un gain de temps phénoménal. Pour le bac bien sûr, on n’en est pas encore là, car c’est avant tout un examen écrit.

Est-ce que les voyages scolaires vers la Chine sont fréquents ?

Il y en a, mais avec la distance et le coût que cela représente, cela demande une toute autre organisation. Notre association a aussi pour but de sponsoriser ce genre de projets. Mais il y a davantage d’échanges que de voyages linguistiques, par facilité et pour des raisons financières. L’association amie France Chine Education s’occupe plus particulièrement des échanges entre établissements scolaires.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.