Jean-Michel Leost, président de la Société des agrégés, a affiché dans un communiqué le soutien de l’association à la grève du 31 janvier contre la réforme de l’évaluation des enseignants. Estimant le mouvement de protestation « légitime », il dénonce « la conception managériale de cette réforme », « la confusion qu’elle effectue entre un établissement scolaire et une entreprise », et le risque de développement, dans les établissements, d' »un climat de concurrence nocif et malsain ».

Le communiqué rappelle que « les professeurs ne refusent pas d’être évalués », mais considèrent « que la double notation, administrative par le chef d’établissement et pédagogique par l’inspection, est le système qui répond le mieux à [leurs] attentes ». Il préconise « la mise en place de mesures garantissant notamment la régularité des inspections sur tout le territoire et la possibilité pour un professeur de faire appel d’une inspection et de présenter son point de vue ».